Tendinite du tendon d’Achille : je passe aux ondes de choc

Hello mes petits coquelicots,

Si vous avez lu cet article, vous savez surement que je me traîne une tendinite au tendon d’Achille depuis bien trop longtemps maintenant. Cela fait sans doute un an et demi…

Je ne me souviens pas vraiment de quand cela à commencé. En revanche, je me souviens bien que je me suis sentie bien coupable l’année dernière sur les 20 km de Paris d’avoir couru en ayant mal depuis déjà un moment… Coupable, parce que c’est complètement inconscient de laisser une blessure trainer comme ça, si longtemps, sans s’en occuper !

J’ai un peu déconné et j’ai payé mon manque de sérieux avec un traitement plus « lourd » et douloureux : les ondes de choc. J’ai eu quelques séances à peine et ça va déjà beaucoup mieux. Alors, je voulais partager avec vous mes impressions sur ce traitement, sur ma blessure et plus largement sur la santé et le sport ! 

La tendinite du tendon d’Achille, est d’après ce que j’ai compris, une blessure fréquente chez le coureur. Dans mon cas, c’est la partie basse du tendon qui était en cause. Petit à petit, j’ai eu des douleurs dans bas du mollet/talon… J’ai assez rapidement compris qu’il s’agissait d’une tendinite. En revanche, ne souffrant pas de douleurs insurmontables, j’ai laissé la tendinite s’installer. Grave erreur : elle est donc devenue chronique. Je ne me suis décidée à me soigner que lorsque l’on m’a dit que le tendon pouvait lâcher (et mon mollet avec…) et que cela entraînait une intervention chirurgicale.

Trop tard, j’ai trop attendu. Ma petite blessure pas très douloureuse est subitement devenue très sérieuse. Rdv chez un médecin du sport à l’INSEP qui confirme et qui me prescrit d’abord des ultra-sons et séances de massage chez le kiné. Cette partie absolument pas douloureuse, a duré une dizaine de séances, sans véritable amélioration. Je me suis aussi fait faire des semelles par un podologue qui m’a semblé top. Mais pareil, pas d’amélioration. La tendinite est toujours bien présente et douloureuse à froid (au début de mes runs, le matin au réveil et après mes sorties running ou une longue journée avec beaucoup de marche…).

On passe à l’étape d’après : les ondes de choc.
A la rentrée, je prends donc la décision de retourner chez mon généraliste pour passer à l’étape d’après : les ondes de choc. J’en ai entendu beaucoup de bien. Ma précédente kiné m’a dit que c’était le meilleur remède pour une tendinite chronique. Mais je sais aussi, que c’est assez douloureux. Douillette comme je suis, je n’ai pas du tout envie de me lancer. Pourtant après ma course Marseille-Cassis, je décide que j’arrête mes c******es. A mon retour, je prends rdv chez mon généraliste, puis chez un nouveau kiné : le cabinet KOSS dont j’entends beaucoup de bien et qui m’a été recommandé, notamment par Pauline, du blog Vivre Healthy qui a eu des problèmes de genoux.

Mon premier rendez-lieu a lieu le 5 novembre. On n’attaque pas tout de suite les ondes de choc, Christophe, le kiné, travaille sur ma posture générale et sur mon tendon avec un crochet. C’est pas très agréable, mais c’est très supportable. Je repars avec des starp (sortes de bandes adhésives de maintien).

Alors, ça fait mal ?
La deuxième séance est beaucoup moins sympathique. On attaque les ondes de choc : 2000 coups. 200 à la seconde. Au début c’est supportable mais très vite Christophe cible la zone la plus douloureuse. Je ne vais pas vous mentir : j’ai eu bien mal ! Mais ça n’a duré que deux minutes et je tenu bon, je n’ai même pas demandé à Christophe d’arrêter ! (Et pourtant je suis douillette !!).

Grossièrement (et parce que je ne suis pas du tout médecin), les ondes de choc ce sont comme des mini coups de marteau qui « frappent » le tendon. Ainsi, il se retrouve encre plus « abimé » et le corps, notamment grâce aux massages spécifiques du kiné, va ensuite travailler à le réparer (plus que dans un simple cas, de tendinite…). En gros, on accélère et on guide la cicatrisation du tendon. En tout, j’ai eu cinq séances dont seulement trois d’ondes de choc (de moins en moins douloureuses) et les deux autres de massages.

Et ça marche ?
Entre temps, je n’ai pas arrêté la course à pieds. J’ai continué d’aller courir deux fois par semaine entre ces séances de kiné. Progressivement, j’ai senti de moins en moins de douleur pendant mes runs. Notamment au début du run : normalement, c’est à ce moment là que c’est le plus douloureux. Je n’ai eu mal qu’à partir du 3ème kilomètre, puis qu’au 7ème…

Puis la douleur est restée un peu présente aux alentours du 8ème kilomètre et après ma sortie mais en quelques séances seulement, l’évolution était hyper positive. Mon ordonnance prévoyait seulement cinq séances. J’ai ensuite eu des exercices à faire pendant une dizaine de jours. Depuis, les douleurs se sont presque totalement estompées. J’ai encore un peu mal, à froid, à après ma course. Si cela persiste, je retournerai sans hésitation chez KOSS. Je suis hyper contente des résultats, très rapides. En deux semaines seulement, l’amélioration est visible et la blessure presque totalement soignée. Je croise les doigts pour que ça dure !

La leçon a retenir, c’est bien évidemment de ne surtout pas laisser une blessure s’installer, d’aller consulter au moindre doute ! Je n’aurais jamais eu à « subir » ces ondes de choc, un peu douloureuses, si j’avais pris le problème à temps au lieu de le laisser trainer ! Une blessure n’a rien d’agréable mais elle fait généralement partie de la vie du coureur, ou du sportif et elle est vite oubliée quand elle est prise à temps !

Et vous, vous avez déjà été blessé ? Qui a déjà testé les ondes de choc ?

3 réflexions sur “Tendinite du tendon d’Achille : je passe aux ondes de choc

  1. Jérôme dit :

    Tendinite aux deux tendons d’Achille, pour ne pas faire les choses à moitié… j’en ai eu pour plus d’un an… j’ai fait ondes de choc, mésothérapie et j’avais arrêté de courir,… sans grand résultat jusqu’à ce que je fasse faire des semelles.

    Pour ma reprise, aucun plaisir à courir, toujours dans la méfiance. J’avais trop d’appréhension que ça revienne. J’ai laissé passer la fin de la saison sans m’entrainer. Entre temps, j’ai changé d’osthéo et j’en ai trouvé au top ! Rien qu’en m’observant, il m’a dit ce qui n’allait pas, alors que j’avais consulté 2 médecins et un podologie avant lui et qu’ils n’avaient rien trouvé ! J’étais tout de travers ! Début de scoliose, 1 cm d’écart entre les deux épaules, une jambe plus courte que l’autre, un pied affaissé, un genou en avant… Il m’a fait réajuster une semelle de 2mm seulement et tout est rentré dans l’ordre…

    J’ai rdv vendredi avec lui pour voir l’évolution après un an de semelle, mais ça sent bon. Je reprends du plaisir, mais j’ai l’impression que ma foulée a changé et n’arrive pas à revenir à mon niveau d’avant pour l’instant ! Mais je cours ! Je revis ! 😀

    Je croise les doigts pour toi ! 🙂

    J'aime

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s