Ma petite blessure et moi

Comme ces mots sont difficiles à écrire. Parce que la blessure n’est pas facile à accepter bien sûr. Mais aussi parce que ses conséquences le sont encore moins… En sortant de mon rendez-vous chez le podologue, j’ai eu envie de poser mes pensées ici. Peut-être qu’elles résonneront en vous aussi, si vous êtes ou avez été blessé(e). Peut-être aussi, (sûrement) que cela me fera du bien.

Il y a quelques mois (beaucoup trop de mois), j’ai commencé à avoir mal au talon droit. Rien d’insupportable mais depuis la douleur ne disparait pas. Elle sommeille et puis revient me tirer, après chaque sortie running ou séance de sport.

Je l’ai longtemps ignorée. Parce qu’au fond de moi je savais sans doute, inconsciemment de quoi il s’agissait. Je cours. 10km par ci, 7km par là, les 20km de Paris… J’ai mal après chaque course. Et même parfois, pendant les 20km.

Je ne sais plus trop à quelle occasion, j’en parle à la famille de mon amoureux (sa mère et sa grand-mère sont du corps médical). C’est une tendinite et, elles me mettent très vite en garde : le tendon d’Achille, s’il lâche, c’est grave (apparemment, c’est lui qui tient le mollet, donc s’il rompt, il faut opérer…). A ce moment là, je prends conscience, que ma tendinite qui a l’air si bénigne (et qui l’est sans doute) DOIT néanmoins être soignée avant qu’elle ne s’aggrave…

Cela fait des mois que je laisse traîner (c’est un peu ma spécialité de laisser les choses traîner, les papiers, les rendez-vous…TOUT). Mais là, je flippe un peu quand même et puis le semi-marathon de Paris approche, je veux le courir (lire ou relire mon compte rendu du semi-marathon de Paris de l’année dernière) alors je prends rendez-vous avec un médecin du sport de l’INSEP (je vous recommande de vous adresse à l’INSEP si besoin, ils sont top, hyper efficaces et les consultations pas chères du tout !). Le verdict tombe : c’est bien une tendinite, pas trop grave mais le semi-marathon, j’oublie.

C’est bizarre, le médecin est plutôt positif : ce n’est pas inquiétant, le tendon ne risque pas de rompre, et ça devrait se remettre rapidement mais en sortant de ce rendez-vous je suis un peu anéantie… Toutes mes copines courent le semi-marathon de Paris. Cette course reste mon meilleur souvenir sportif de 2017. Je suis terriblement déçue. Et je m’en veux aussi, d’avoir laissé traîner cette blessure. Si je m’y étais intéressée en tant et en heure, je serais sans doute déjà guérie aujourd’hui…

Je déprime de voir les copines courir et de ne pas pouvoir sortir mes baskets. J’ai quand même l’autorisation de courir avec elles une course officielle de 10km quelques semaines plus tard. C’était lors de notre week-end entre filles à Lille, au début du mois de février. J’ai à la fois adoré cette course autant qu’elle m’a bouleversée. Pendant les 10km, j’étais au top, un vrai bonheur de pouvoir courir à nouveau. De l’endorphine pure. Et en même temps, au fur et à mesure des foulées, j’ai pris (encore plus) conscience que j’aimais vraiment profondément la course à pieds (lire ou relire l’article Pourquoi je cours ?) et que cette pratique me manque terriblement. C’est fou, j’ai encore du mal à croire que j’aime autant ce sport et LE sport en général moi qui détestait ça ! Alors quand je rentre à Paris et que je sais que pour l’instant je dois rester sage, c’est dur. J’ai envie de ressortir courir dès le lendemain de la course… Les copines, elles, s’entraînent pour le semi et même pour le marathon. Elles sont en pleine prépa, donc forcément, elles courent. Beaucoup. Je les envie. J’ai réussi à trouver un rythme avec d’autres sport. Mais j’ai envie d’aller courir, rien qu’un peu. Je lis et j’entends aussi qu’il ne faut pas arrêter totalement la course pour ne pas trop déshabituer le tendon… Alors je me dis que peut-être je pourrais envisager un petit 5km par semaine.

Mais au moment où je vous écris ces quelques lignes, je sors de mon rendez-vous chez le podologue (je vais aussi commencer des séances de kiné). Ce médecin est top, il s’y connait, vraiment, en traumatologie sportive. Trop bien malheureusement… En effet, il ne faut pas totalement arrêter le sport mais si c’est de la course à pieds que je veux faire, il faudra reprendre un programme de débutant. Ma première session de reprise ? 5-10min maximum. 5 ou 10 minutes !!! Je suis dégoutée… Reprendre à 5km me paraissait raisonnable, ça ne l’est pas du tout.

5 minutes de course à pieds alors que je courrais jusqu’à 21km… J’ai l’impression d’échouer. De régresser. De perdre tout ce que j’avais acquis : les distances, les médailles, les courses, les chronos. Bref, je repars de zéro. Le graal en running, c’est les longues distances, les records de chrono, le marathon… Attention, c’est MA vision (totalement fausse) du running. En réalité, je sais bien que ce qui importe réellement, c’est cette sensation de plaisir quand je cours, c’est le moment de partage que je vis avec mes amies, le paysage… Pas la performance. Et pourtant… J’ai l’énorme défaut de vouloir à tout prix atteindre la perfection dans tous les domaines (même si la perfection n’existe pas : à ce sujet, lire ou relire mon article Et si on était fière de nous ?). Et la perfection dans le running, c’est n’est évidemment pas courir 5 minutes…

J’ai conscience d’avoir la chance d’être en bonne santé générale. Cette tendinite ce n’est rien du tout. Et dans un mois je pourrai de nouveau courir 5km (si tout va bien). Pourtant, j’avoue que je vis mal cette blessure. J’encaisse mal les mots des médecins. J’encaisse super mal les 5 minutes. Mais vous me connaissez j’aime être positive alors je vais essayer de l’être ! Après tout il me reste dix mois pour réaliser et accomplir plein de défis sportifs.

Vous avez déjà été blessé ? Comment vous avez géré l’arrêt du running et cette reprise en douceur ?

Publié dans: Home

16 réflexions sur “Ma petite blessure et moi

  1. YWNRA dit :

    Bonjour,
    Oui, j’ai dû arrêter pendant 6 mois (syndrôme fémoro-rotulien). Je pense avoir réalisé après cette longue blessure, est qu’effectivement, le + grand des succès (avant tout chrono ou distance) est d’arriver à courir sans se blesser.
    La reprise a été longue et lente (notamment puisqu’au début j’étais un peu « traumatisé » du risque de me re-blesser, et que j’essayais de faire le moins d’efforts « violents » par peur de me blesser). J’ai changé énormément de choses depuis.
    Je pense néanmoins que le + important, c’est d’arriver à trouver la cause de sa blessure (notamment si on fait mal quelque chose; ou si malheureusement on a de mauvaises dispositions, etc.); pour qu’à la reprise, on essaie d’éviter que ça ne se reproduise (les mêmes causes si répétées devraient aboutir aux mêmes conséquences).
    Bon rétablissement !

    J'aime

    • Coquelicot et Basilic dit :

      Hello,

      Merci pour ce témoignage encourageant et enrichissant… En effet, je crois qu’il faut apprendre à mieux se connaître, s’écouter… pour mieux pratiquer. Pour l’instant, on a du mal à trouver « la cause », ma kiné trouve aussi que ce serait bien pour mieux me soigner !

      Merci pour ton mot en tout cas !
      A très vite

      J'aime

  2. Feeklo dit :

    C’est sûre pas facile de se dire qu’il faut rester tranquille quand on aime le sport et courir en particulier, mais tu connais le dicton « il faut savoir ménager sa monture pour aller loin » (ou quelques chose comme ca…). Ce moment de pause course est peut être e moment de te tourner vars d’autres disciplines plus soft pour ta tendinite et crois moi, même s’il n’est pas facile de sortir de ses habitudes, cela peut aussi être très bénéfique pour soi.
    J’en suis la preuve, après divers soucis de santé, moi qui étais une fan d’impacts et de vitesse je suis devenue accro au body-balance et yoga qui me permettent de me poser et que c’est bon pour mon pauvre petit corps !!!! mais biensüre cette transition a été très, très, …. très dure mais après qlq mois, je me surprends à être en manque de ces disciplines lorsque je ne les pratique pas au moins 2 fois par semaine.Bref tout ça pour te dire que cette blessure peut avoir le positif de t’ouvrir à autre chose bénéfique à ton corps. bon courage et à tt vite pour une prochaine lecture !!

    J'aime

    • Coquelicot et Basilic dit :

      Hello,

      Merci pour ces gentils conseils si bienveillants. En effet, j’essaie de trouver d’autres disciplines pour m’épanouir et le yoga et le Pilates me font beaucoup de bien 😉 (même si j’ai quand même hâte de reprendre la course)

      A très vite

      J'aime

  3. ainohaetmoi dit :

    En te lisant mon passé ressurgit tout d’un coup: j’ai fait une école de danse professionnelle après le bac, afin d’allier travail et passion. Mais un syndrome rotulien m’a forcée à abandonner mon rêve, justement à cause de ma négligence. Par phobie du milieu médical j’ai refusé toute opération, et je n’ai pas donné suite à ce que le médecin du sport m’avait conseillé: injection et colle et ponctions tous les ans. Je ne peux maintenant plus trop forcer sur mon genou, moi qui adore le sport, et j’ai du changer d’orientation professionnelle. Ne fais pas la même erreur que moi! Si tu savais comme la danse me manque… Prend soin de ton corps, il te remerciera en te faisant vivre ta passion à fond!!

    J'aime

  4. Yoo See On dit :

    Coucou, ton article m’a donné des frissons et j’ai tellement ressenti ta déception. Dis toi que c’est un mauvais passage et que tu pourras bientôt rechausser tes baskets je suis de tout cœur avec toi ♥

    J'aime

  5. France dit :

    Qu’est que je te comprends ! J’ai une tendinite de l’épaule depuis septembre dernier j’ai dû arrêter tout le sport. Vélo elliptique, drainage, plates, etc…
    Blessure anodine mais tellement longue à soigner ! Il ne faut prendre de risques avec de telles blessures. Prends soin de toi
    France

    J'aime

  6. Lilou dit :

    J’ai du diminué la course à pied suite au surentrainement (je me suis prise de passion pour la CAP en un mois et je parcourais de 150 à 200 km par mois). Et mon corps me l’a fait comprendre.
    Aujourd’hui, je cours mais beaucoup moins et moins vite (mes jambes ne suivent plus de toute manière). C’est extremement frustrant…J’ai l’impression d’avoir regressé au niveau de mes premiers runs : meme allure, pas plus de 8 km..
    Je me dis que si j’ai pu le faire ca reviendra avec du repos. Mais je comprends tellement…

    J'aime

  7. ansotop dit :

    Hello, je viens de tomber sur ton article. C’est jamais facile d’arrêter sur une blessure, mais continuer en ayant mal c’est encore pire. ça plombe le moral. J’espère que tu as déjà bien récupéré !

    J'aime

  8. alinetterunnette dit :

    Soignes toi bien….un peu de temps de « perdu » et de frustration pour beaucoup de temps de gagné et de bonnes émotions par la suite. Pour le coup de 5 à 10 min, mon dieu comme je te comprends, ça ne vaut même pas le coup de se mettre en tenue!! (j’avais repris à ce rythme là en post-partum, mais j’avais quand même apprécié de pouvoir m’y remettre 🙂 )

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s